Créer mon blog M'identifier

Tourisme en Algérie, entre Slogan et Réalité

Le 26 mai 2015, 16:24 dans Photos 0

Terre d’histoire et de culture l’Algérie, est le pays le plus riche en potentiel touristique et de découvertes d’aventures. Riche aussi de sa population très jeune, ce pays est devenu celui de tous les maux et de toutes les crises ? Alors pourquoi nous soûler très souvent de slogans « Algérie touristique», « Tourisme de qualité» «Ou Sahara avenir touristique» ? Mais quelle est cette Algérie qui s’obstine à s’enliser dans ces fausses promesses?

Un diagnostic d’une situation aussi paradoxale s’impose :

Comparée aux autres pays voisins (la Tunisie ou le Maroc notamment), l’Algérie dispose d’un potentiel touristique nettement supérieur.

Elle détient 30% plus de vestiges romains, Une centaine de stations thermales, inexistante en Tunisie pourtant riche de soins thermaux… des réserves naturelles d’un potentiel de l’ordre de plus de 40% que ces voisins et bien évidement d’un Sahara dont le Tassili N’Ajjer et le Hoggar reconnus, comme les musés les plus importants du monde à ciel ouvert. Tant de sites autrement classés comme patrimoine de l’humanité et d’autres, bien sur, classés par l’Unesco d’une valeur inestimables.Des Oasis véritables jardins d’Éden, suivit d’une boucle de la vallée des Ksours, argument indéniable a un développement touristique certain. En dépit de ses avantages naturels immenses, il n’en demeure pas moins que le tourisme Algérien est frappé de fréquentes crises de boycottage et de médiocrité par ces propres responsables qui manquent de savoir faire évident, tant les fonctionnaires qui gèrent le dossier du tourisme national sont lourds et incompétents.

Tout ce que l’on souhaite entendre évidement après cela, c’est que l’on ne nous dise pas que les crises qu’a traversé le tourisme national proviennent exclusivement des catastrophes sociales. Car en dehors des perturbations et tensions soumises aux aléas des différents programmes éducatifs ou politique, l’immense majorité des Algériens sont productives et ont un amour prononcé pour le bon goût et les services de qualités. Pour s’en rendre compte, il n’a y qu’a voire le nombre de touristes Algériens se rendant par millions dans les pays voisins.

A noter que l’Algérie possède le 1/5  de ces terres sont arables et produisant ainsi des fruits et des légumes d’une saveur que seul notre soleil omniprésent puisse développer malgré une hydrographie très mal exploitée et une technique de l’irrigation pas toujours maîtrisée. Sur ce plan, l’Algérie, et principalement le Sahara occupe la queue du peloton du littoral au Nord. Au désert la population étant essentiellement rurale, plus de la moitié de personnes actives, ne parviennent pourtant pas à réaliser leur autosuffisance alimentaire.

La Chine, avec son milliard et demi de population couvre ses besoins alimentaires depuis qu’elle a opérée sa révolution agricole.

Alors pourquoi le gouvernement ne prend pas cet exemple et ne se fixent-ils pas pour priorité le développement du tourisme et l’autosuffisance alimentaire, car jusque là, la plupart des engagements de l’État dans ce domaine se contente de promesses jamais tenues.

Concrètement, il n’y a pas eu une politique de tourisme réelle et significative. Algérie passe pour le pays spécialisé dans les produits de rentes. Pire, elle produit ce qu’elle ne consomme pas, c'est-à-dire tous les services du tourisme et consomme ce qu’elle ne produit pas (lait, viande congelée, sucre, et thé, breuvage unique dans les régions Saharienne, moyen de transport importé etc.…).

En même temps que les prix des produits de rente sont en constante stagnation tarifaire du fait de la concurrence des produits de consommation d’importation, et du fait aussi que les prix leur sont imposés par les acheteurs occidentaux (la détérioration des termes de l’échange), les Algériens s’obstinent à maintenir cette configuration de rente, caractéristique d’une économie du 18ème siècle.

Nous sommes au 21ème siècle, et il serait grand temps, pour le bien du peuple, que les dirigeants politiques arrêtent des discours creux et passent véritablement à l’acte. Le pétrole est un produit périssable à court terme (Au maximum encore 20 ans) et seule une politique de développement du tourisme et de ses dérivés (Agriculture, formation, développement des beaux Arts et de l’hôtellerie de luxe) puisse remplacer durablement une nouvelle économie capable d’absorber le chômage et la mal vie.

La crise que vit l’Algérie en matière touristique n’est pas le résultat d’une fatalité, mais la conséquence directe des errements de certains ministres politiques en manque d’inspiration et de priorités. Smain Mimoune est un exemple frappant de ceux qui l’ont précédé. La seule différence, c’est que celui la s’adonne à encourager le gâchis et à détruire la ressource humaine expérimentée de qualité. (Le cas de l’ex DG de l’école Aurassi, comme celui de Hammam Righa, sont des cas à ne pas oublier) pour opérer ces changements on n’attend pas d’être doté de moyens pour accomplir sa mission. La mission est déjà sienne mais il ne sait pas l’utiliser.

Il existe un centre de recherches et de conception pour une politique adaptée (Centre d’études pour une stratégie économique). Ce centre existe et dispose de facultés de sciences pour relancer le tourisme et bien d’autres secteur en panne d’idées mais quand bien même, reconnaissons-le, ils sont insuffisants et par ailleurs dotés de maigres moyens consacrés à la recherche-innovation ou à la modernisation. Pour exemple, le centre recrute auprès des ministères concernés, le personnel dont il a besoin pour développer ce que ce personnel faisait dans ces propres ministères. C’est l’histoire de qui a pondue l’œuf…

Gardons nous cependant d’êtres mauvaise langue. ça pourrait bien être des initiatives du genre qu’il faut encourager à travers cette synergie d’actions actuelle. L’office national à la promotion du tourisme n’a pas les capacités humaines pour aider au modernisme de l’image. Son personnel est 99% obsolète. Il faudra faire sans lui et penser autrement à accompagner les petites entreprises à travers des formations destinées à améliorer leurs techniques de créations nouvelles dans un environnement saint et agréable en mettant à leur disposition des outils modernes adaptés afin d’optimiser leur chance, de rendement dans un tourisme récepteur comme pour un tourisme national, mais attractif. Des écoles privées capables de donner une formation de grande envergure existent comme auprès de l’ALC, MDI ou VIP pour peux que les responsables arrivent a réfléchir concrètement au sujet.

A l’heure des regroupements politique pour faire face à la poussée de la mondialisation, il urge pour la communauté Algérienne aux quatre coins du monde de se doter d’une politique commune pragmatique pour se fixer des objectifs quantitatifs mais aussi qualitatifs, afin d’encourager plus tard la destination Algérie. Il est vrai que pour l’instant on constate une véritable carence dans les services touristiques et encore aucune mise en valeur des circuits ou séjours touristiques potentiellement et correctement exploitables.

L’hôtellerie, encore très insuffisamment structurée ne pourrait encore révolutionner la destination Algérie. Laissée à l’abandon depuis 1990, l’hôtellerie ressuscite l’intérêt du gouvernement qui vient de lui injecter des milliards pour les mettre aux normes… (Pas aux standards européens) mais n’arrivent cependant pas à concrétiser son discours a sa déclaration ni de son contrôle.

Pour se justifier de leurs inerties, les fonctionnaires du ministère du tourisme, n’hésitent pas à évoquer la question du financement comme étant le seul handicap à la réalisation de leurs grands projets de développement du Parc hôtelier. Investir dans ces projets, qui ont pour finalité l’acquisition et l’ouverture du foncier et la commercialisation du produit finis par des firmes étrangères indépendantes seule pourrait amener la lumière. Car sans cette indépendance touristique commerciale, toute tentative d’investissement serait tâche vaine. Oubliant que l’un des facteurs qui empêchent le ministère du tourisme d’être compétitif ou qui inhibent la création de nouvelles industries des services, est son énorme gourmandise vers les firmes intéressées. Le coût très élevé des investissements étranger serait incompatible face au bakchich et à l’indemnisation des masses salariales réclamés par les fonctionnaires et le syndicat des travailleurs au tourisme dans l’hôtellerie étatique et dans les centres touristiques pour lâcher prise.

Alors résoudre le problème de développement touristique en Algérie, revient essentiellement à résoudre l’équation des investissements hôtelier. Parler de crise touristique ou de crise de l’hébergement dans des structures de qualité en Algérie, en dépit de tous les atouts dont dispose notre pays est une aberration politique.

http://www.algerie-vacances.net/tourisme_alger.php

http://www.algerie-monde.com/villes/bejaia/

http://fr.wikipedia.org/wiki/B%C3%A9ja%C3%AFa

http://ensmm-annaba.dz/index.php/ville-dannaba

http://www.oran-dz.com/

 

Les fiches publicitaires

Le 19 avril 2015, 12:54 dans Photos 0

http://fr.wikipedia.org/wiki/Affiche

http://www.marketing-etudiant.fr/metier-publicite/

DÉFINITION
L'affiche est aujourd'hui utilisée comme support de communication indispensable.
Pour les entreprises, les marques, les collectivités ou les associations, l'affiche est un moyen de communication et d'information des plus efficace. L'affiche se diffuse facilement, elle est visible à grande échelle et souvent visible de loin.

L'affiche est utilisée à plusieurs buts :
 - Publicitaire ou promotionnel (campagne d'affichage publicitaire)
 - Informatif (campagne d'information)

Les formats d'affiches les plus classiques sont l'abribus, le 4x3, A2, A3, A4.
La réalisation d'une affiche se déroule en plusieurs étapes :
 - Le conseil en marketing et rédactionnel.
 - La création graphique réalisée par l'agence de communication (ou studio de création graphique) qui fait appel à des graphistes, illustrateurs, infographistes, photographes, graphiste 3d ...
 - L'impression

les cartes visites بطاقات زائر أو استقبال

Le 4 avril 2015, 15:23 dans Photos 0

Cartes de Visite : La première impression doit toujours être la bonne

Lorsque vous tendez une Carte de Visite, vous offrez un premier aperçu de votre société. Pour que la première impression soit toujours la bonne

http://fr.wikipedia.org/wiki/Carte_de_visite

Voir la suite ≫